Scoop : Doctissimo rachète Doctolib qui vient de racheter Mon Docteur

Nouveau rebondissement pour la HealthTech française. Après le rachat surprise de Mon Docteur par son concurrent Doctolib, Doctissimo vient de faire l’acquisition de ce dernier. Un groupement aujourd’hui baptisé Mon Doctissilib. Objectif : réinventer le diagnostic et la prise de rendez-vous.

“On n’était vraiment pas chauds au départ, et puis Doctissimo nous a fait une proposition difficile à refuser” relate Stanislas Niox-Chateau, directeur de Doctolib. À peine une semaine après leur rachat de Mon Docteur, c’est au tour de Doctolib de connaître le même sort avec le site référence de l’information santé en ligne, Doctissimo. De son côté, Thibault Lanthier, co-fondateur de Mon Docteur, ne perçoit pas encore les synergies qu’un tel rachat peut engendrer : “Ah bon ? Sans rire ?” s’est-il étonné à l’annonce de la nouvelle.

Pour Laurent Alexandre, l’un des fondateurs de Doctissimo, il s’agit d’une opportunité inédite de révolutionner la chaîne de consultation médicale : “Doctissimo est aujourd’hui largement reconnu comme leader français de l’auto-diagnostic en ligne. Le rachat de Doctolib va permettre aux patients de diagnostiquer eux-même leur maladie en ligne et de prendre rendez-vous avec le bon professionnel de santé dans la foulée”. Laurent Alexandre y voit aussi l’opportunité de changer l’image du site : “Certains considéraient Doctissimo comme un réseau social d’hypocondriaques, c’est complètement réducteur.” regrette-t-il.

Une révolution pour la HealthTech française que Laurent Alexandre ne considère pas comme une finalité. Pour ce transhumaniste convaincu, il ne s’agit que d’un premier pas vers une révolution dans le traitement de la maladie : “À terme, on aimerait développer un implant chargé de détecter la maladie chez le patient avant qu’elle ne se déclare pour qu’un professionnel de santé puisse intervenir à distance via cet implant. Pour l’instant on regarde si c’est compatible avec la RGPD ” explique-t-il.

Une perspective accueillie positivement par Agnès Buzyn et Gérald Darmanin, respectivement ministres de la Santé et du Budget, qui se sont exprimés à travers un communiqué de presse commun sur Facebook Live : “Nous nous réjouissons des promesses apportées par une telle technologie en termes d’impacts sur la diminution des arrêts maladies et la réduction du trou de la Sécurité Sociale. Nous sommes ravis que la santé soit enfin un sujet au service de l’État… Et aussi des français évidemment”.