Il demande à un freelance de développer le "Facebook des propriétaires canins" pour 500€

DoggyDog est le nouveau Facebook des propriétaires canins

Parce que la Startup Nation c’est parfois des aventures périlleuses avec des budgets serrés, nous revenons sur l’histoire de DoggyDog, le réseau social pour propriétaires de chiens lancé il y a quelques mois.

Imaginé il y a plusieurs années, DoggyDog se présentait comme un réseau social réservé aux propriétaires de chiens. L’objectif était de construire une communauté de passionnés autour de nos amis canins et surtout isolée du reste d’Internet, dominé par les chats. À l’origine de cette idée : Jean-Charles, un ancien banquier travaillant dans le consulting.

« Je m’ennuyais au travail, alors j’ai eu l’idée de créer ma startup ! », nous raconte-t-il. Armé de son Business Plan (BP), il s’est mis en quête de partenaires techniques pour réaliser son MVP. Mais ça n’a pas été chose facile : « Je suis d’abord allé voir des sociétés de développement pour leur parler de mon projet. Toutes m’ont prise de haut en m’annonçant des budgets et des délais complètement dingues ! Moi ça me semblait fou que ça coûte si cher quand, à côté, c’est gratuit chez Facebook. »

Après de longs mois de recherches infructueuses et sur le point de jeter l’éponge, Jean-Charles finit par trouver une solution : « À force de dire à tous ces charlatans que mon neveu pouvait le faire aussi bien, j’ai fini par vraiment lui confier la mission. Il fait des études en codage en ce moment, vous savez, et il est freelance pour gagner un peu d’argent de poche. Je lui ai promis 500 € et il m’a tout fait ! » La plateforme sort publiquement un an plus tard.

Malheureusement, le succès n’est pas au rendez-vous. « On a eu quelques problèmes techniques au lancement », indique Jean-Charles. Et pour cause : très peu d’utilisateurs réussissent à s’inscrire à cause de divers bugs et la proposition de valeur ne prend pas — « on avait besoin d’atteindre une masse critique d’utilisateurs pour qu’ils viennent chez nous plutôt que chez Facebook ». Contacté par nos soins, le neveu de Jean-Charles n’a pas souhaité faire de commentaire, mais indique ne plus travailler sur le projet à cause d’un différend de vision.

Privé de son équipe technique, Jean-Charles ne désespère pas et est déjà en train de rebondir. « Terminé les freelances, j’ai appris ma leçon ! Je vais prendre trois stagiaires pour coder ma v2. »