Exclusif : Guillaume Meurice devient le nouveau directeur de la French Tech

Photo©François de Dijon

Après avoir annoncé le nom de Kat Borlongan pour reprendre la tête de la mission French Tech au VivaTech 2018, c’est finalement Guillaume Meurice qui a été retenu pour en prendre la direction. Une décision motivée par la volonté d’ouvrir la French Tech à de nouveaux talents capables de disrupter une initiative jugée trop “institutionnelle” par une partie de la Startup Nation.

C’est un véritable coup de théâtre doublé d’une surprise pour le principal intéressé : “J’avais postulé pour déconner moi !” nous confie l’humoriste et chroniqueur sur France Inter Guillaume Meurice peu de temps après sa désignation.

Après des semaines de rumeurs et une officialisation lors du discours de clôture de VivaTech 2018, Kat Borlongan n’a finalement pas été retenue. “Sa nomination était jugée trop consensuelle par l’écosystème ” justifie Mounir Mahjoubi, secrétaire d’État au numérique “On a donc vite pivoté pour choisir une personnalité plus disruptive pour que les startupers s’identifient plus facilement”. De son côté, Kat Borlongan n’a pas souhaité commenter cette décision.

Même si l’annonce l’a surpris, Guillaume Meurice se veut rassurant quant à sa capacité à incarner la French Tech avec sérieux : “Ah oui, comptez sur moi pour être bien focusé sur le process et brainstormer dans tous les sens pour être le plus disruptif possible !”. Et quand on lui pose la question de la pertinence de son profil à la tête d’une telle initiative, il botte en touche “Vous pensez que l’islamo-gauchisme d’un journalope comme moi n’est pas compatible avec la Startup Nation ? Bravo ! Belle mentalité !” s’amuse-t-il (s’amuse-t-il ?).

Côté opérationnel, Guillaume Meurice ne souhaite pas rester sur ses acquis : “Les micro-trottoirs et les billets d’humeur c’est bon pour le service public, là faut taper dedans ASAP !”. Premier chantier pour ce militant vegan, l’identité visuelle de la French Tech : “Comme vous le savez, je suis contre l’exploitation animale, quelle qu’en soit la forme, même la plus géométrique.” explique-t-il. “Aussi, j’ai décidé symboliquement de remplacer les animaux totem de chaque label French tech, par des crudités totem.”

Ainsi, le coq de la French Tech se verra transformé en botte radis : “Bah oui, parce que radis c’est proche de radin, et comme vous le savez, les français sont un petit peu…” commença-t-il en essayant de tester son prochain billet d’humeur sur nous. Au-delà de l’aspect cosmétique de cette décision, Guillaume Meurice y voit un réel intérêt pédagogique : “Vous saviez que le cardon ça vient de Lyon ? Déjà ça a vachement plus de gueule qu’un lion et c’est quand même super intéressant de savoir que le cardon vient de Lyon non ?”.