Halloween : Ils se déguisent en startup et font du porte-à-porte chez les VC

C’est en observant les enfants de leur quartier obtenir gratuitement des friandises le soir d’Halloween que Redouane Rosier et Blanche Spinelli, cadres de la multinationale Global Corp Foundation, ont eu l’idée de faire pareil, à leur façon… On revient sur cette histoire qui a ébranlé le monde de l’économie digitale.

“Chaque année ils se déguisent en zombies, sorciers ou autres fantômes et sonnent à toutes les portes du quartier pour avoir des bonbons”, explique Redouane Rosier , “et à la fin de la soirée, ils en ont obtenu une quantité non-négligeable pour un investissement presque nul !” C’est en lisant cette success-story sur le post LinkedIn inspirant de Redouane que Blanche Spinelli a eu une idée : “Les actionnaires de Global Corp Foundation sont toujours en manque d’argent, et on commence à ne plus savoir comment en récupérer. Quand Redouane a raconté comment les enfants de son quartier réussissaient à générer un ROI délirant, ça m’a donné une idée”.

Les deux complices ont alors fait ce qu’ils font le mieux : prendre une activité qui fonctionne et la transposer dans un autre domaine pour le disrupter et produire de la rentabilité économique. “On a passé plusieurs mois à étudier tout ce qu’on pouvait sur les startups et leur écosystème, jusqu’à ce qu’on soit en capacité de s’y fondre”, raconte Redouane. “Et ensuite, on est devenus une startup : on pensait startup, on mangeait startup, on vivait startup.” Après une étude minutieuse des sujets à haut potentiel d’investissement, ils ont décidé de se lancer dans le domaine du machine learning assisté par blockchain. “On a fait faire un logo, des slides de présentation et on s’est inscrit sur Product Hunt”, se rappelle Blanche, “et quand on a commencé à buzzer un peu, on est passés à la deuxième phase du plan”.

Sans produit, sans business-plan, sans clients et vêtus de leurs plus beaux atours de startupers, les deux faussaires ont été faire du porte-à-porte chez tous les Venture Capitalists de la région dans la soirée du 31 octobre. “On se contentait de regarder les VC dans les yeux et leur dire « des fonds ou des regrets ! ». Ils comprenaient immédiatement qu’ils devaient nous donner de l’argent parce que personne ne veut avoir de regrets !” Après avoir récolté des fonds, des actions, divers partenariats et des heures de consulting gratuites, les deux complices sont démasqués : “Notre plan se déroulait à merveille. On avait amassé un beau butin en quelques mois ! Mais un jour on a oublié de mettre nos déguisements de startupers (ndlr : t-shirts, jeans, hoodies, baskets) et on s’est pointés en costume. Ça a rendu le VC suspicieux et il a demandé à tester notre produit. Tout s’est écroulé…”, avoue Blanche, l’air amère.

Loin de se laisser décourager par cette déconvenue, Blanche et Redouane ont été séduits par cette aventure entrepreneuriale d’Halloween et ont même décidé d’en faire une activité à plein temps. “Si cette expérience m’a appris une leçon c’est celle-ci : ce n’est pas parce qu’une entreprise n’existe pas qu’elle ne peut pas être rentable”. Sans le savoir, Redouane et Blanche venaient de créer le patient zéro d’un phénomène qualifié dans un futur proche de “Zombies Startups”.