Scandale : Sa Keynote était en fait un PowerPoint

Alors qu’elle présentait sa Keynote depuis 15 minutes, l’auditoire de Marie découvrit avec effroi qu’il s’agissait en fait d’une présentation PowerPoint. En cause : la présence d’une transition “damier”.

L’histoire remonte au BlendWebMix 2017 de Lyon avec Marie Theurel, fondatrice de “Tatthug”, appli de mise en relation professionnelle pour personnes “Tatouées et Badass”. L’entrepreneuse donnait une conférence à guichet fermé sur le thème : “Scalabilité des marchés de niche : l’épiderme au défi du 2.0”.

Sa présentation avait commencé depuis une quinzaine de minutes lorsque Marie assista, impuissante, à l’irréparable : “Au moment de passer la slide, j’ai vu sur l’écran retour des conférenciers la transition “damier” se lancer. J’ai espéré que personne d’autre n’avait vu”. Mais l’inesthétique effet de transition PowerPoint n’est pas passé inaperçu.

Après un long silence pesant, une partie de l’auditoire s’est instantanément dirigée vers la sortie. Les réactions du public ne se firent pas attendre. “Je me suis senti trahi” raconte un spectateur qui s’est manifestement senti trahi, avant de poursuivre : “Je trouvais son talk très intéressant, mais un PowerPoint ne peut pas être aussi inspirant qu’une Keynote, désolé”. Une autre spectatrice raconte sa surprise : “D’un coup, j’ai eu l‘impression d’avoir affaire à une présentation de SS2I. Le choc a été rude”. “Vous êtes vraiment en train d’écrire un article là-dessus ?” s’étonne un autre qui ne maîtrise visiblement pas les rouages du journalisme d’investigation.

De son côté, Marie est parvenue à terminer sa conférence bon an mal an, déstabilisée par ce malencontreux oubli. “Ça fait plusieurs années que j’essaie de cacher ma préférence pour PowerPoint et l’environnement Windows. J’espère que ma crédibilité n’est pas entachée”. Une erreur que Marie n’est pas prête de reproduire, surtout depuis qu’elle en a identifié l’origine : “J’ai réutilisé une présentation que j’avais faite pour le mariage d’une amie. Cette transition a échappé à ma vigilance”.

Mais au-delà du scandale, cette affaire pose une question sémantique beaucoup plus large et risque de provoquer l’un des bouleversements les plus importants auquel l’écosystème startup s’est retrouvé confronté. De nouveaux questionnements ont émergés et devront faire l’objet d’un large consensus pour ne pas perturber le bon déroulement des futurs événements de même nature : Une Keynote peut-elle être faite sur PowerPoint ? Quid de Google Slide et des PDF interactifs ? “Keynote” va-t-il devenir l’équivalent de “frigo” pour les conférences ?